L'histoire

           Une nuit de juin 1969, la police new-Yorkaise opère une descente musclée dans les bars gays de Greenwich village. Ce soir là, pour la première fois, les clients de « Sotnewall Inn », un établissement de Christophe street, le quartier gay de New York vont affronter la police, la révolte durera trois longs jours. Cette rébellion marquera l’amorce de ce qu’on appelle la "libération homosexuelle". Désormais, Gays et Lesbiennes ne vont plus se laisser faire. Dès l’année suivante, est organisée la première manifestation homosexuelle, devenue le symbole de la volonté forte des homosexuels d'être reconnus. Ainsi, le drapeau homosexuel fait son apparition à l'époque, orné de huit couleurs. Cela leur permet d’afficher et de revendiquer leurs orientations sexuelles : la «Gay Pride » va progressivement s’exporter un peu partout dans le monde. Elle existe désormais dans près de 220 villes du monde. En France, l’acte de naissance des mouvements militants homosexuels est le 10 Mars 1971 : un groupe débarque dans les studios de RTL pour interrompre une émission de radio dont le titre reflète bien la mentalité ambiante « L’homosexualité, ce douloureux problème ». Quelques semaines après l’irruption des homosexuels dans les locaux de RTL, se crée le front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR). On appelle tous les homos de France à venir manifester pour réprimer une libre sexualité, le 1er Mai, aux côtés des syndicats. Une action qui sera reconduite pendant cinq ans. C’est ainsi qu’en 1977, la 1ère Gay Pride est organisée en France ; elle rassemblera plus de 1000 personnes. Pour que les homosexuels français arrivent à se faire entendre, ils ont dû se battre longtemps.

 

     Revenons en arrière, jusqu'à la 2nde guerre mondiale, Hitler, au pouvoir en 1933, signifie le début des persécutions de ceux et celles qu’Himmler désignait comme atteints d’une « maladie contagieuse » ; des dizaines de milliers d’homosexuels, hommes ou femmes, ont été arrêtés partout en Europe. De plus, ils seront obligés de porter un triangle rose pour les gays et noir pour les lesbiennes, déportés en camps de concentration, puis exterminés par les nazis. En France, des lois discriminatoires sont inscrites dans le code pénal (tout acte homosexuel qui impliquait un mineur, (la majorité était à 21 ans à cette époque) était considéré comme un délit contre nature et durement réprimé) ; ces lois ont été mises en place sous le régime de Vichy. Il s’agit ni plus ni moins d’un alignement sur la politique nazie, en accord avec Hitler.  La répression se poursuit jusqu'en 1960, est votée à l’Assemblée Nationale une loi où l’homosexualité est officiellement considérée comme un fléau social contre lequel il faut lutter. Enfin, en 1968, l’homosexualité est officiellement ajoutée à la liste des maladies mentales en France. Mais, avec l'arrivée au pouvoir de François Mitterand, quelques années plus tard, on note une nette évolution dans la mentalités des Français.

 

 

 Manifestation pour la suppression des lois anti-homosexuelles, le 1er mai 1971, à Marseille
(source : "la longue marche des gays" de F. Martel)

 

                                                                                                                                                                                            

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×